Gabon / transport : Le gouvernement dicte des mesures ferme sur le raquettage.
19-11-2009
 Après le mouvement de grève initié par le Syndicat Libre des Transporteurs Terrestre du Gabon « SYLTTEG » en début de semaine à Libreville, capitale du Gabon, qui a paralysée les usagers, la situation semble être rentrée dans l’ordre.
 
 
C’est un ouf de soulagement pour les usagers, mais également les acteurs du SYLTTEG qui,  après une grève ferme déclanchée le lundi, ont retrouvé leurs habitudes le mardi, le celles de s’y rendre dans les lieux d’activités, grâce au terrain d’entente trouvé entre le gouvernement et les transporteurs terrestres Gabonais.

En effet, les transporteurs subissaient depuis plusieurs années le raquettage des agents de la   mairie de Libreville, d’Owendo, des forces de l’ordre sur le terrain, et parfois, étaient victimes des violences.

Une situation qui a longtemps durée, orchestrait des grèves par les syndicats du secteur transport au Gabon. Ce fut un énième mouvement de protestation,  conduisant ainsi les plus hautes autorités du pays à prendre des mesures draconiennes, afin de mettre fin à cette pratique.

Le SYLTTEG, les maires de la commune de Libreville et Owendo, et le gouvernement se sont réunis le lundi en soirée, dans l’optique de trouver des solutions en vue de ramener le mode de vie habituel des populations Gabonaises « je suis pleinement satisfait, nous avions pausé deux problèmes, le premier c’est celui du raquette orchestré par les éléments de la gendarmerie et de la police, le deuxième problème celui récurrent à la territorialité entre la mairie de Libreville et Owendo » a mentionné le président du SYLTTEG ,Jean Robert Megnier.

Tout est rentré dans l’ordre, les populations et les transporteurs peuvent désormais vaquer à leurs occupations, tout en étant vigilant sur le terrain « les solutions ont été trouvé, pour ce qui est du phénomène de raquette au niveau de la gendarmerie et de la police, et celui du conflit de territorialité entre les deux communes » a soutenu Jean Robert Megnier pdt du SYLTTEG.

Vivement que lesdites mesures prises  par les autorités Gabonaises soient respectées à la lettre par les uns et les autres, pour un Gabon « Emergent » tant prôné par l’actuel président de la république Ali Bongo Ondimba.              

Source
: Icomgabon Auteur : Génération Nouvelle