Gabon / Education : Les enseignants refuseraient t-ils de voir la réalité en face ?
17-06-2015
Selon le conseiller du Ministre de l’éducation nationale, Edgard Omar Nziembi Douckaga, « depuis octobre 2014, le département que gère Madame Ida Retenaud Assonouet n'attend pas des rumeurs de grèves pour faire avancer les dossiers trouvés et dont les enseignants et les syndicalistes eux-mêmes sont parfois à l’origine.

 

Les états sont déposés à l’ avance au budget qui paye par la suite. Au sujet des salaires, les enseignants de l'ENS et de l'ENI 2014 ont été recrutés et affectés, ajoutés au 733 autres du pré-primaire et instituteurs adjoints dont 432 sont bien passés en solde fin Mai 2015. 301 autres enseignants le seront fin juin 2015 selon une programmation annoncée par la Direction Générale du Budget.

279 bons de caisse n'ont pas été réclamés. 87 bons de caisses concernent les agents en abandon de postes. 71 sont déclarés appartenir aux agents décédés et 19 concernent les cas sociaux. Les listes font l objet d'affichage et de communiqués de presse. Mais les enseignants refusent de reconnaitre la réalité. C'est bien décevant qu'on face l'amalgame dans tout cela ». Rappelons que les enseignants du secteur public regroupés au sein de la ‘’Dynamique unitaire’’, une plate-forme syndicale, observe depuis lundi 15 juin 2015 un sit-in devant le ministère de l’Education nationale, a en croire le modérateur de la structure, Jean-Rémy Yama, au terme d’une assemblée générale samedi 13 juin 2015 à Libreville.

L’objectif de ce sit-in est de réclamer les bons de caisse de certains enseignants qui ne les ont pas reçus pour le compte du mois de mai. Il est également question d’obtenir le paiement des salaires du même mois de mai des enseignants de l’Ecole normale supérieure (ENS) et de l’Université Omar Bongo (UOB). En rappel, les soldes des enseignants du public avaient été mis sur bons de caisse après leur intransigeance, de longs mois durant, à ne pas reprendre les cours, alors que les salaires étaient régulièrement versés.

 Lors de la même assemblée générale, les adhérents de la Dynamique unitaire ont également projeté d’observer une grève d’avertissement de trois jours, à compter du 29 juin prochain, pour, disent-ils, ne pas être surpris le 25 juillet prochain, date à laquelle devrait être appliqué le nouveau système de rémunération des agents de l’Etat. Pour la ‘’Dynamique unitaire’’, le processus menant à l’élaboration d’une nouvelle grille salariale doit être inclusif, impliquant non seulement le gouvernement mais également ses adhérents.