Gabon/ Politique : Alexandre TAPOYO du CLR déplore la politisation des syndicalistes…
16-02-2015
Dans une émission télévisée animée vendredi dernier par notre confrère de Hasse Nziengui de Gabon Télévision, le vice – président du CLR, Alexandre Désiré Tapoyo qui est également en charge de l’implantation du parti  s’est exprimé sur la situation politique actuelle au Gabon. Invité de l’émission « AGORA », avec Pierre Claver Maganga Moussavou du PSD (opposition) et Ossamanet Onouviet de l’UDS, le cadre du CLR s’est voulu pragmatique et direct sur le vécu politique actuel des gabonais. Plusieurs questions ont été évoquées autour de ce débat très démocratique.

 

On retiendra que la démocratie dans notre pays n’est pas synonyme de désordre. Les hommes et femmes engagés en politique devraient avoir pour mission la sensibilisation des masses. La mise sur pied dans les prochains jours du Conseil National de la Démocratie est accueillie par de nombreux gabonais pour être le lieu ou viennent débattre la classe politique, les congrégations religieuses et la société civile, même si l’opposant Maganga Moussavou très critique envers le pouvoir en place  trouve que cette institution ne devrait concerner que les politiques.

De l’avis des représentants de la Majorité sur le plateau de la télévision, les revendications syndicales observées en ce moment sont devenues plus politiques que sociales. Dans les secteurs éducation et santé par exemple, ce sont les populations les plus démunis qui en pâtissent. On ne va plus à l’essentiel. L’argent est devenu une préoccupation centrale du citoyen. Par ces agissements  parfois déviants, les gabonais sont eux-mêmes auteurs de leurs propres turpitudes.


Pour le leader du PSD, « la mauvaise communication du gouvernement peut provoquer des dérapages(…). La démocratie est faite pour créer les conditions de servir le peuple gabonais ». Le président de l’UDS, Ossamanet Onouviet dira : « est ce qu’on fait un débat entre personnes ou on fait un débat d’idées ? ». Il y’a trop d’amalgames dans le débat politique actuel.


Les trois hommes ont convenu que le pays devrait avancer dans la bonne direction si tous les gabonais se retrouvaient ensemble et discuter Gabon d’abord. Et Alexandre Désiré TAPOYO  du CLR de conclure que « tout le monde veut le changement. Le changement ce n’est pas détruire l’ancien. Mais, c’est créer les nouvelles choses ».


En somme cette émission a servi de cadre à la diffusion d’une bonne information susceptible d’édifier et d’instruire  les gabonais sur la situation politique du moment. Les acteurs politiques présents à cette émission ont été à la hauteur de l’événement.