GABON/POLITIQUE : Vers un dialogue entre la Majorité et l’Opposition ?
27-12-2014

Depuis les événements du 20 Décembre 2014 à Libreville marqués par les casses et autres dommages corporels, tout semble nous guider vers une décrispation de la vie sociale au Gabon.

 

Nous avons pour preuve les émissions diffusées ici et là à travers les stations de radios et de chaines de télévisions publiques et privées  ou l’on voit des membres de la société civile,  des acteurs politiques de l’opposition et ceux de la Majorité Républicaine et sociale pour l’Emergence appeler au calme et à la sérénité. Mais peut- on réunir la classe politique quand certains acteurs des partis de l’opposition dite radicale  jettent l’anathème sur les autres ?  A quand l’apaisement de la situation sociale et politique du pays lorsque des leaders de l’ex- Union Nationale pourtant élus sous le sceau des institutions républicaines invectivent la population à descendre dans la rue ?

 

Le Front Uni pour l’Alternance composé des anciens membres du PDG (Parti Démocratique Gabonais) et des gouvernements sous l’ère de feu le Président Omar Bongo Ondimba  voudrait précipiter les choses. Pourquoi ne pas attendre 2016 pour participer au prochain scrutin présidentiel ?

 

Ali Bongo  Ondimba arrivé au pouvoir par la voix des urnes en 2009, rêve d’une nation émergente à l’horizon 2025. Et par rapport à la situation qui prévaut dans la sous région, le chef de l’état Gabonais rêve d’une force de réaction rapide en Afrique centrale en souhaitant  voir la sous-région disposer d’un régiment de forces spéciales pour le maintien de la paix et de la sécurité dans la sous-région. Ce sont là des initiatives louables pour quelqu’un qui est ouvert au dialogue.

 

De l’avis de nombreux observateurs de la vie politique, les événements du 20 Décembre ayant occasionné un mort sont  à regretter. Que chaque camp fasse preuve de sagesse pour le bien du pays !