Gabon /Transport urbain : le calvaire des usagers ?
25-02-2014

Décidemment, les conducteurs des voitures à usage de taxis continuent d’arnaquer leurs clients au vu et au su des autorités municipales nouvellement élues.

 

Mettant à profit l’incapacité de la SOGATRA, la Société Gabonaise de Transports Urbains, de proposer de solutions de desserte du réseau routier urbain par les autocars de la compagnie (et cela malgré la promesse faite par l’état de mettre à la disposition des populations plusieurs centaines de bus en provenance du Brésil), les taximen de la capitale sentant leur heure venue pour escroquer les clients, multiplient les tracasseries.

 Ainsi, de longues files d’attente se forment à tous les carrefours. Le trajet qui valait auparavant 100 francs CFA (arrêté par les autorités municipales depuis plusieurs années) n’est plus usité. Pour emprunter un de ces taxis arnaqueur en ville, il faut débourser à partir de 500 francs CFA si ce n’est plus. Prendre un taxi à Libreville et ses environs (Owendo et Akanda) est une entreprise périlleuse. Il y’a seulement peu de temps que les citadins ont commencé à découvrir les vertus de la queue qui n’est observée que lorsqu’il faille emprunter les hypothétiques autobus. Alors que cela doit être un comportement quotidien.

 Au demeurant, lorsque vous voulez vous rendre dans quelques coins de la ville ou alors à votre lieu de travail, vous avez intérêt à vous habillé comme un boxeur ou un judoka Cela dit avant de monter dans un de ces taxis, vous devez livrer un véritable pugilat avec les autres usagers. Ici, c’est le plus fort qui s’embarque. La conséquence est autrement grave.

 Nombreux sont ceux qui arrivent en retard à leur lieu de travail, malgré les nouvelles réformes prises par la politique de l’Emergence. Ou est le sérieux ? Il est pratiquement impossible d’honorer un rendez-vous, si vous n’êtes pas au préalable muni d’au moins 2000 FCFA.

 L’arnaque qui frise l’escroquerie au haut niveau a atteint des proportions exponentielles, voire inquiétantes. Il faut ajouter l’impolitesse notoire dont font montre certains chauffeurs de taxis. Aux nouvelles autorités municipales (Mme OSSOUKA et Mr ASSELE) de comprendre et de prendre les taureaux par les cornes afin de soulager les populations qui ne savent plus à quel saint se vouer devant ces chauffeurs de taxis dont certains ont une éducation à la limite défaillante ou quelconque.

A bon entendeur, salut !