Flux RSS
Liste de diffusion :
S'abonner
Se désabonner

| Contacts

Libreville / GABON
00 241 76 80 88
00 241 07 42 72 83
00 241 06 37 86 72
00 241 06 15 95 32
00 241 76 13 14
Email: contact@generation-nouvelle.org

Copyright RGN Septembre 2009
Powered by Mayeweb

Génération Nouvelle,
l’actualité gabonaise de la voix des sans voix 97.4 fm

PROGRAMMES INFORMATIONS PODCAST

Les news en flash

Gabon/CLR : Commissariat Politique le 25 Février ………
23-02-2017
Le parti du Général Jean Boniface ASSELE DABANI multiplie moult ...  Details...

Gabon/Politique : Le Sommet Afrique monde arabe donne naissance à une Déclaration...
24-11-2016
Depuis sa création en 1977,le Sommet Afrique – monde arabe s’est tenu pour la ...  Details...

MICHAËLLE JEAN DEVANT LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS UNIES, UNE PREMIÈRE POUR UN SECRÉTAIRE GÉNÉ
07-11-2016
La Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Michaëlle Jean, se ...  Details...

--= NFSP =--

GABON/Sécurité : En ordre de bataille pour matérialiser les 100 jours du Gouvernement…
31-10-2016
Dans le cadre d’une prise de contact, le Ministre de l’Intérieur Lambert- Noel ...  Details...

Génération Nouvelle

 mon espace

Identification            Inscription

Gallerie

Photos
Accueil arrow Social arrow Santé /Gabon : CHU de Libreville mouroir…
Santé /Gabon : CHU de Libreville mouroir… Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
17-11-2015
Le constat amer, que fait chaque jour la population Gabonaise, dans le centre hospitalier universitaire de Libreville est  alarmant en même temps terrifiant. Ce qui ne date pas d’ajour hui. Le centre hospitalier qui est censé être un endroit où on doit respecter  et faire respecter l’hygiène, est plutôt  un centre infectieux, qui  impose un mode d’hygiène qui laisse à désirer. L’on rencontre dans cette structure différent problèmes, que ce soit le traitement des malades, dans la sante proprement dite, qui se justifie parfois par le manque d’équipement. Les parents des malades qui sont exposes a l’insécurité (à la belle Etoile, sous le soleil parfois sous la pluie) en attente de leurs parents en consultation.et le pire de tout ça  est le manque des sanitaires, chose écœurante et traumatisante pour les malades .Pour les uns l’Etat est responsable (Ministre de la sante) et d’autres  le personnel de cette structure ne prend pas des dispositions pour mener à bien ce département.

 

L’ avenu des nouveaux bâtiments au sein du centre hospitalier universitaire de Libreville, a  engendre beaucoup de règles qui semblent  améliore l’organisation de cette structure ,mais en réalité certaines de ces règles la condamne.vu qu’ il est le premier centre hospitalier de Libreville il est  nullement acceptable qu’ on perfectionne un tel grand hôpital sans pense a prévoir une salle d’attentes pour les parents des patients ,quelques  vingtaines de chaises  fixées au hall ne peuvent  suffire ,et occuper des banc public qui sont exposes non seulement aux accident de circulation, au tempérament  du temps et a tout genre de microbes n est en aucun cas prudent. La structure CHU de Libreville pour certains est un dernier recours pour eux, à cause de la distance du CHU d AGONDJE, de l’hôpital Militaire et le CHU d’Owendo qui n’est pas encore opérationnel. Non seulement l’accueil aux urgences  augmente le stress  du a l’état de santé du patient mais encore les locaux sanitaires laissent à désirer.


Constater, que la maternité et le neuro cardiologie (médecine) manquent de douches, des toilettes praticables par les patients mal en point, est un constat vraiment amer. Les femmes sortant de la salle d’accouchement passent trois jours d’enfer, avec les WC qui sont bouches des matières fécales et tout ce qui peut suivre cette stagnation. Sans oublier les moustiques, la chaleur, les BEBES qui ne sont pas dans de bonnes conditions. Et la Médecine qui n’a rien de semblable aux sanitaires est pire que la maternite.vu toute cette tracasserie les malades et leurs parents sont obliges de déposer leurs déchets  derrière les bâtiments, dans les caniveaux. chaque malade descend a des heures bien précis(la nuit) pour faire ses besoins, y compris les parents, les cas les plus désespérés font leurs besoins dans les pots  ou sceaux et les parents s’en chargent comme à la coutume.


Mais il reste a savoir si les nouveaux bâtiments en constructions seront  une référence, et effaceront  tous les bémols observes. Seul le temps nous le dira.

 
< Précédent   Suivant >

Nos Jingles

Texte alternatif



La vidéo du mois


Joomla Templates by Joomlashack