Flux RSS
Liste de diffusion :
S'abonner
Se désabonner

| Contacts

Libreville / GABON
00 241 76 80 88
00 241 07 42 72 83
00 241 06 37 86 72
00 241 06 15 95 32
00 241 76 13 14
Email: contact@generation-nouvelle.org

Copyright RGN Septembre 2009
Powered by Mayeweb

Génération Nouvelle,
l’actualité gabonaise de la voix des sans voix 97.4 fm

PROGRAMMES INFORMATIONS PODCAST

Les news en flash

Gabon/CLR : Commissariat Politique le 25 Février ………
23-02-2017
Le parti du Général Jean Boniface ASSELE DABANI multiplie moult ...  Details...

Gabon/Politique : Le Sommet Afrique monde arabe donne naissance à une Déclaration...
24-11-2016
Depuis sa création en 1977,le Sommet Afrique – monde arabe s’est tenu pour la ...  Details...

MICHAËLLE JEAN DEVANT LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS UNIES, UNE PREMIÈRE POUR UN SECRÉTAIRE GÉNÉ
07-11-2016
La Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Michaëlle Jean, se ...  Details...

--= NFSP =--

GABON/Sécurité : En ordre de bataille pour matérialiser les 100 jours du Gouvernement…
31-10-2016
Dans le cadre d’une prise de contact, le Ministre de l’Intérieur Lambert- Noel ...  Details...

Génération Nouvelle

 mon espace

Identification            Inscription

Gallerie

Photos
Accueil arrow Economie arrow Gabon/ Economie : Corruption en milieu académique…
Gabon/ Economie : Corruption en milieu académique… Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 2
FaibleMeilleur 
13-07-2015
Classé au rang des pays les plus corrompus au Monde, le Gabon, comme ses voisins en Afrique centrale tente non sans difficulté de convaincre ses partenaires du PNUD et autres ONG agissant dans le domaine de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite d’essayer de palier ce phénomène dans ce petit pays au sous sol riche à travers une campagne sur l’étendu du territoire nationale.

 

Un séminaire des experts universitaires sur l’enseignement de la corruption vient de se tenir  à Libreville,  capitale gabonaise. L’objectif de ce rendez vous était de donner aux étudiants des facultés et grandes écoles du pays une bonne compréhension de la corruption au sens de menace mondiale. En effet, nous constatons dans le secteur éducatif une corruption à grande échelle. 

 

Dans ce milieu, elle est perçue comme une utilisation systématique d’une charge publique pour un profit privé ayant un impact significatif sur la disponibilité des biens et services éducatif, et en conséquence l’accès sur la qualité de l’éducation.


Un mal qui se manifesterait plus souvent dans le financement des écoles, les contrats publics, la production et la diffusion de manuels, l’organisation des examens, les concours de recrutement des enseignants et les attributions des bourses. La visibilité de ce phénomène, serait la falsification des bulletins de note, la vente des sujets des examens bien avant leurs déroulement, le harcèlement, la maltraitance morale physique voire sexuelle des apprenants, les détournement des fonds destinés aux matériels et autres infrastructures scolaire ou l’achat du matériels de mauvaise qualité mais aussi le recrutement, les affectations des professeurs et enseignants sanctionnés par des pots de vin et des relations sexuelles.


Aussi, le présent séminaire visait à amener les experts académiques formateurs les professeurs Etienne NTSI, Docteur Marcelle IBINGA, Docteur, à matérialiser la volonté de lutter contre ce fléau dans le milieu de l’éducation, l’un des dix acteurs prioritaires ciblés part le document stratégique. C’est à travers le partage des enseignements sur cette question au profit de la jeunesse universitaire et des professionnels en formation continue, futur élite du pays.


A ce propos, le président de la commission nationale de lutte contre la corruption, Dieudonné AWASSI, à l’ouverture, a indiqué que les enseignements qui vont être transmis en terme de formation, devraient combler une grave lacune d’éducation et la formation en fusionnant le champs théorique de la lutte contre la corruption avec l’expérience dynamique de lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent dans le pays.


C’est dire que la formation, se doit de mettre un accent particulier sur les mesures de prévention et de bonne gouvernance que le secteur public et privé peuvent mettre en application afin d’éradiquer significativement les risques de corruption. De même, elle s’attèlera à aborder la manière de traiter les principaux délits de corruption visés par la convention des Nations Unies pour permettre aux apprenants élèves, étudiants et aux professionnels en formation dans les grandes écoles et université du gabonaise de réfléchir sur la conformité du système juridique et les politiques publiques des gouvernants.


Pour la représentante des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Marie Evelyne Petrus Barry, la corruption reste donc un facteur de dérégulation des valeurs et de compromission de ces compétences.


Les enseignants ont un rôle primordial à jouer. En tant que dépositaires de la connaissance et des systèmes de valeur, ils possèdent à la fois le contenu et la pédagogie nécessaires pour faire émerger des citoyens porteurs et acteurs d’intégrité de mérite, car la corruption tend à ériger en normes les compétences déviants, aux dépens de la probité, la morale et l’éthique qui fixent les repères dans une société. En  minant les compétences, elle prive le pays d’aptitudes à gérer et à rendre les services publics ou para publics de qualité (NDLR)


 Génération Nouvelle

 
< Précédent   Suivant >

Nos Jingles

Texte alternatif



La vidéo du mois


Joomla Templates by Joomlashack